Projet 2015 / 2016

Notre projet

Le projet de l'association "Nongë la Viim" pour cette année fait suite au voyage effectué l'année précédente au Burkina Faso. Voyage faisant l'objet d'un contact avec les réalités des sages-femmes et accoucheuses de ce pays. Le récit de leur voyage nous a donné envie de reprendre cette association.

Ce projet prend racine autour du désir de communiquer. Il est basé sur le partage des connaissances que nous avons du métier de sages-femmes ou de matrones.

Cette année, nous avons décidé de nous rendre au Togo dans la région de Kara. Nous nous rendrons dans le centre de santé de Kalao à Soumdima qui dispose d'une maternité ainsi qu'à environ 7 kilomètre de celui-ci, un centre médico-social de Kétao. Toute cette organisation a été possible grâce à Maryse Arnaud-Montagnac de l'association Premier Pas Togo.

 

Nos objectifs

Le premier objectif est la rencontre de nos cultures : la France et le Togo, grâce au voyage que nous allons entreprendre pendant 3 semaines en juillet 2016. Nous désirons voir les réalités du vécu des professionnels médicaux et notamment des sages-femmes/matrones. Nous voulons prendre conscience des différences qui existent autour de la naissance. Les conditions dans lesquelles les femmes existent autour de la naissance. Les conditions dans lesquelles les femmes accouchent. Mais aussi nous sommes curieuses vis à vis des croyances, des coutumes et de leurs habitudes autour de ce passage si particulier dans la vie des femmes.

Dans un second temps, nous désirons partager un savoir théorique et pratique, basé sur la physiologie de la femme enceinte, dans le but de comprendre (et de faire comprendre) les modifications qui adviennent. Nous désirons partager le savoir que l'on nous transmet car il est précieux, qui plus est quand le matériel fait défaut. Un savoir basé sur des données scientifiques avérées et récentes.

Pour cela, nous comptons organiser des temps d'échange avec les professionnels de santé au sein des maternités où nous serons accueillies.

Notre team

 

BARYGA Lorraine, présidente :

Faire partie de l’association Nonge et la représenter en tant que présidente est pour moi une grande fierté.  J’ai toujours porté beaucoup d’intérêt à l’entraide, l’empathie, le respect des autres et c’est ainsi qu’il m’ait paru naturel de m’engager dans une action humanitaire. Je porte ainsi beaucoup d’espoir dans la réalisation et la réussite des différentes missions que nous nous sommes données au sein de l’association. J’ai pu déceler chez tous les membres du bureau l’envie et le dynamisme nécessaire qui nous permettra de mener à bien ce projet, qui a pour finalité d’apporter notre aide aux accoucheuses du Togo. Ainsi, c’est avec une importante détermination, que je n’ai aucun doute quant à la réussite de notre projet.

 

KURZ Claire-Marie, vice-présidente :

Certains pensent qu’ils font un voyage, en fait c’est le voyage qui vous fait et vous défait. Beaucoup investie dans les associations depuis longtemps, l’humanitaire était un objectif depuis plusieurs années et j’espère continuer avec cela encore après mon cursus universitaire.

 

VOZZO Aurélia, trésorière :

Motivée de mener à bien ce projet, je suis honorée de gérer son budget afin de pouvoir continuer à faire vivre cette association. Cela nous permettra aussi d’améliorer nos pratiques et nos connaissances en tant qu’étudiantes sages-femmes.

 

MATHIS Cindy, secrétaire :

J’ai deux centres d’intérêts dans ma vie : voyager et le métier de sage-femme. J’ai un désir profond de voyager pour découvrir d’autres aspects du monde ainsi que des modes de vie différentes du nôtre. Quant à la vocation d’être sage-femme, c’est sans doute pour accompagner en permanence l’être humain. Avoir la possibilité de partir à la découverte d’un autre pays tout en étant au cœur de la population locale, ainsi que dans le milieu de la maternité serait une expérience incontestablement unique à mes yeux.

 

DIDOT Anaïs, vice-présidente en charge de la communication :

Ce voyage humanitaire n’est pas seulement une expérience enrichissante pour soi-même mais également et surtout un moyen de pouvoir apporter du matériel, des connaissances et un partage à une population qui en a besoin. En tant que vice-présidente communication, j’estime que la communication est primordiale pour une association humanitaire ; elle permet de mettre en avant les choix, les investissements, les objectifs et les avancées de cette aventure. Il est donc nécessaire de s’y investir complétement et je m’y engage.

 

AUGUSTIN Camille, membre actif :

Je me suis inscrite à cette association humanitaire afin de réaliser un de mes rêves, qui est de partir aider les défavorisés médicalement surtout sur le plan de la maïeutique. Je pense que l’Humain a besoin de repères, de nouveautés ainsi que de savoir-faire pour progresser, c’est pour cela que je veux aider les personnes démunies via mon association. J’espère réaliser ce rêve, d’aider les gens, de les éduquer, afin qu’ils aient les mêmes chances que nous, dans les meilleures conditions possibles, d’accoucher et d’éduquer leurs enfants. De plus, partir aider ces personnes m’ouvrirait l’esprit vers une autre culture, d’autres habitudes, voire d’autres savoirs. J’aimerais apprendre davantage sur ma formation en partant à l’étranger, en partageant d’autres mœurs et en apprendre tout aussi bien sur moi-même.

 

THIEROT Lise, membre actif :

J’ai toujours eu envie de faire de l’humanitaire, de partir à la rencontre d’autres cultures. Cette expérience au sein de Nonge la Viim va permettre d’acquérir une autre vision de mon futur métier, d’échanger autour de la situation des femmes, d’apporter des connaissances mais aussi d’en recevoir.

 

Publié par TdlG le 2 March, 2018 dans la catégorie Projets